Année 2017

Commémoration de la victoire et de la paix du 11 novembre

 
 
Commémoration de la victoire et de la paix du 11 novembre

Samedi 11 novembre 2017
Béatrice Abollivier, préfète de Seine-et-Marne a présidé la commémoration de l’armistice du 11 novembre au monument aux morts de Melun, Quai Foch.
À cette occasion la préfète a lu le discours de la Secrétaire d’État auprès de la Ministre des Armées Geneviève Geneviève Darrieussecq.

Les sous-préfets, chacun dans leurs arrondissements étaient également mobilisés pour rendre hommage aux morts pour la France. Denis Declerk, directeur de cabinet de la préfète à Combs-la-Ville, Laura Reynaud à Provins, Grard Péhaut à Meaux, Gérard Branly à Torcy, Jean-Marc Giraud à Fontainebleau et Avon.

11 novembre, un jour de commémoration

Pour commémorer l'anniversaire de l'armistice de 1918, la journée du 11 novembre fut instituée par la loi du 24 octobre 1922 "journée nationale pour la commémoration de la Victoire et de la paix".
 La loi du 28 février 2012 élargit la portée à l'ensemble des morts pour la France. C'est donc la reconnaissance du pays tout entier à l'égard de l'ensemble des Morts pour la France tombés pendant et depuis la Grande Guerre qui s'exprime, particulièrement envers les derniers d'entre eux, notamment en opérations extérieures.
 La commémoration de l'armistice du 11 novembre est l'une des journées nationales instituées par des textes législatifs et réglementaires. Jour d'hommage et de recueillement, elle donne lieu chaque année à des cérémonies commémoratives devant les monuments aux morts des communes de France.

Le 11 novembre 1918

Signé le 11 novembre 1918 près de Rethondes, l'armistice mit un terme à la Première Guerre mondiale qui fit plus d'un million de morts et presque six fois plus de blessés et de mutilés parmi les troupes françaises. Malgré l’étendue des destructions, le soulagement fut immense et la joie s’empara de chaque commune. Le 11 novembre 1920, la dépouille d'un Soldat Inconnu, choisie par Auguste Thin, jeune caporal du 132ème régiment, dans la Citadelle de Verdun, fut inhumée sous l’Arc de Triomphe à Paris où la flamme est ravivée tous les soirs par le Comité de la flamme et des représentants d’associations.

Le bleuet de France, la fleur du souvenir français

L’histoire de la création du Bleuet de France débute, au sortir de la Première Guerre mondiale, à l’Institution Nationale des Invalides.
Aux origines du Bleuet de France, Charlotte Malleterre et Suzanne Leenhardt, toutes deux infirmières au sein de l’Institution nationale des Invalides, qui souhaitaient venir en aide aux mutilés de la Première Guerre en créant dès 1925 un atelier pour les pensionnaires des Invalides dans lequel ils confectionnaient des fleurs de  Bleuet en tissu pour  reprendre goût à la vie et subvenir en partie à leurs besoins par la vente de ces fleurs.

 

Melun
Melun
Combs-la-Ville Fontainebleau Meaux
Provins Torcy  
 
 

A lire également :