Actualités 2016

Fête nationale du 14 juillet 2016 à la préfecture de Seine-et-Marne

 
Fête nationale du 14 juillet 2016 à la préfecture de Seine-et-Marne

Jeudi 14 juillet 2016

 

Jean-Luc MARX, préfet de Seine-et-Marne a accueilli des élus, des magistrats, des directeurs des services départementaux, les membres du corps préfectoral et des seine-et-Marnais à l’occasion de la réception dédiée à la fête nationale du 14 juillet.

Monsieur le préfet a prononcé un discours (joint à cet article) avant de céder le micro aux jeunes de l’Établissement Pour l'Insertion Dans l'Emploi de Montry (EPIDE - http://www.epide.fr/). Depuis sa création en 2005, l'EPIDE a accompagné près de 30 000 jeunes de 18 à 25 ans vers l'emploi ou la formation qualifiante.

A l’occasion de l’année de la marseillaise, les jeunes ont entonné l’hymne national repris par l’ensemble des personnes présentes.

Des élèves scolarisés au collège E. Triolet du Mée/Seine participant au module « défense » étaient également présents accompagné du principal de l’établissement.

Discours prononcé par M. le préfet

"Seul le prononcé fait foi"


Discours de Jean-Luc MARX,

Préfet de Seine-et-Marne

Garden party du 14 juillet 2016

à la préfecture de Seine-et-Marne

Jeudi 14 juillet 2016

Mesdames, Messieurs les parlementaires,

Mesdames et messieurs les magistrats,

Mesdames, Messieurs les conseillers régionaux,

Mesdames, Messieurs les conseillers généraux,

Mesdames, Messieurs les maires,

Madame la directrice départementale de la sécurité publique,

Madame le commandant du groupement de gendarmerie de Seine-et-Marne,

Messiers les sous-préfets,

Mesdames, Messieurs les chefs de service,

Mesdames, Messieurs,

 

J’ai de nouveau souhaité que nous nous réunissions dans ce magnifique parc de la préfecture, pour fêter ensemble l’anniversaire de ce jour si particulier dans l’histoire de notre pays.

Le 14 juillet est une date importante pour tous les Français. Elle symbolise la fin de la monarchie absolue et de la prise du pouvoir par le peuple. L’abolition des privilèges suivra de quelques semaines la prise de la Bastille, comme l’avènement de la République dans laquelle nous nous épanouissons à chaque instant.

Faut-il toutefois rappeler que ce 14 juillet là, celui de 1789, n’est pas celui que nous fêtons aujourd’hui.

Celui que nous célébrons, c’est le 14 juillet 1790, la fête de la Fédération, année de réconciliation dans un même rêve, malgré les différences, qui vit le Champ de Mars devenir le théâtre de binômes improbables, bourgeois parisiens œuvrant au côté des ouvriers. Bien sûr, cela n’eut qu’un temps, je vous l’accorde. Bien sûr, arrivera bientôt 1793, année terrible.

Mais c’est toutefois cette unité nationale qui est désormais célébrée chaque année, en souvenir de ce moment particulier au cours duquel tous les Français, ouvriers, nobles et bourgeois, ont su faire corps ensemble, dans la liberté et la fraternité.

Aujourd’hui, 14 juillet 2016, vous êtes là, élus, artisans, jeunes, anciens combattants, porte-drapeaux, serviteurs de l’Etat, tous citoyens, pour montrer votre attachement aux valeurs de l’État, pour rendre hommage à cette République qui nous aime et nous protège, et que nous devons, nous aussi, aimer et protéger car elle est notre socle commun.

De jeunes citoyens, représentants de cette France dynamique, sont également parmi nous aujourd’hui. Chers élèves de l’EPIDE et  de l’école de la 2ème chance, vous êtes les représentants d’une certaine jeunesse de France à laquelle peu de chances ont été données au départ. Mais vous nous montrez, par votre engagement, votre volonté de disposer de votre avenir, en agissant avec détermination, illustrant parfaitement l’adage socratique selon lequel « rien n’est trop difficile pour la jeunesse ».

C’est ce même engagement qui inspire les élèves qui suivent le module de « préparation aux métiers de la défense et de la sécurité publique » permettant à ces élèves issus des quartiers prioritaires de s'engager pour la France en empruntant la voie de la réussite. L’initiative de cette action vient d’un chef de police municipale, l’objectif est de permettre à des élèves issus des quartiers prioritaires de s'engager pour la France en empruntant la voie de la réussite : lycée militaire, police municipale, police nationale...

 

Cette action consiste en la mise en place de modules spécifiques :

1/ renfort scolaire : culture générale, mathématiques, français...

2/ découverte des univers professionnels : gendarmerie, police, douanes, armée...

3/ ateliers études de cas : étude de conflit, de procédures, de modalités d'enquête…

4/ éducation civique : développer une conscience de l'engagement au service de la France en abordant les valeurs de la République et les engagements de l’État.

 

En cette journée de fête nationale, je pense bien évidemment au domaine de la sécurité, de quelque nature qu’elle soit, et à la collaboration permanente de tous ses acteurs.

Combien est important le rôle des magistrats, gardien du respect de nos droits inaliénables, sécurisant, prévenant et, malheureusement nécessaire dernier volet de cette triade, réprimant, lorsque c’est nécessaire.

Combien sont importants nos policiers, gendarmes, sapeurs-pompiers, qui n’ont de cesse d’effectuer un travail de proximité propre à installer la confiance dans les cœurs de chacun d’entre nous. Je sais que vous faîtes preuve au quotidien d’un courage sans faille pour travailler à notre bien commun et je vous en félicite. Depuis plus d’un an, et encore très récemment lors des inondations qui ont très durement touchées notre département, vous offrez, mesdames et messieurs, un bouclier sans égal et toujours plus assuré à nos concitoyens.

Je n’oublie pas que la sécurité civile ne concerne pas uniquement le service départemental d’incendie et de secours. Je veux rendre hommage à chacun des acteurs, Samu, Croix rouge ainsi que toutes les associations et services de l’État qui concourent à cette mission.

En ce jour de fête nationale, je pense également aux victimes du terrorisme, et notamment à M. Frédéric BOISSEAU, victime de la barbarie des frères KOUACHI mais aussi à Jean-Baptiste SALVAING et Jessica SCHNEIDER, tombés le 13 juin dernier. Nous connaissons le lourd tribut qu’ils ont payé contre le terrorisme, ne les oublions pas !

La sécurité routière constitue un autre volet de la sécurité de nos concitoyens. Je salue la mobilisation des forces de l’ordre dans cette mission primordiale ainsi que les intervenants départementaux pour la sécurité routière. Dans une démarche participative et volontaire, ils contribuent pleinement à la mise en place d’actions de prévention pour une route plus sûre.

Afin de mettre en lumière les actions les plus méritantes réalisées depuis un an par certains de nos concitoyens distingués pour un acte de courage et de dévouement ou une action méritoire, j’ai souhaité qu’ils soient présents à nos côtés aujourd’hui. Mesdames et messieurs, vous avez été confrontés à des situations souvent exceptionnelles, vous avez su y faire face.

Je tiens également à saluer les représentants de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, du Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation qui travaillent à nos côtés ainsi que les représentants de l’administration pénitentiaire qui sont nos interlocuteurs, notamment au sujet des hospitalisations de détenus.

Je souhaite également mettre l’accent sur la belle coopération qui s’est installée avec les élus depuis mon arrivée en Seine-et-Marne. Mesdames et messieurs, vous incarnez ces cellules fondamentales que sont les communes, qui sont autant de lieux de projets dynamiques, de pépinières d’associations, de sauvegardes de l’infinie richesse de notre patrimoine français que l’État ne saurait oublier sans se perdre lui-même.

Et les élus doivent pouvoir compter sur le soutien de l’État à travers l’implication de cette armée de l’ombre que constituent les fonctionnaires qui ont à ce titre une double mission : veiller à ce que les décisions que nous prenons soient les plus justes possibles, et que leur application soit sans faille. C’est à     nous qu’incombe d’accompagner les initiatives locales et d’en renforcer les  effets ; à nous de faciliter les projets ; à nous qu’incombe le dur labeur de réchauffer ce monstre froid que peut être le langage administratif. Et je n’oublie pas le corps préfectoral qui assure en cela le cœur de sa mission.

En ce qui concerne le dynamisme de notre territoire, les forces vives du département savent mieux que quiconque la richesse de nos terres et combien seuls leurs efforts conjugués peuvent permettre de se l’approprier, de la préserver, et de la faire fructifier. Acteurs de la vie économique et de la vie sociale, chambres consulaires et responsables associatifs, votre regard lucide et précis sur la situation de notre territoire ainsi que votre étroite collaboration avec les responsables publics sont précieux pour orienter notre action.

Je tiens également à souligner les relations sereines et constructives qui existent dans le département de Seine-et-Marne entre la presse et les services de l’État. Tout au long de l’année, lors des différents événements que nous organisons, vous n’hésitez pas à nous suivre et à relayer auprès de vos lecteurs certaines informations d’intérêt général ou relatives aux politiques publiques.

Je voudrais, pour terminer, saluer ici les combattants et résistants et, à travers eux, ceux qui en véhiculent la mémoire aujourd’hui ; je rends donc hommage au bras armé de la Nation qui assure la protection de chacun d’entre nous de l’intérieur ou de l’extérieur, notamment les milliers d’hommes engagés sur les théâtres d’opérations extérieures, dans la défense de nos valeurs, nous rappelant que la défense des droits de l’homme depuis 1790 n’est jamais un acquis, mais une lutte personnelle et collective de tous les instants. Ces valeurs sont sans cesse menacées, et les récents évènements doivent être source de vigilance car rien n’est jamais acquis.

En 1872, alors que ce même jour n’avait pas encore été érigé en Fête Nationale par nos aïeux, Gambetta déclarait à la Ferté-sous-Jouarre « c’est une pensée pieuse que de fêter et célébrer la grande date de la République Française en recherchant avec calme, avec sang-froid, avec résolution, ce qui a été commencé par nos pères […] et ce qu’il nous reste à faire, ce que nous avons laissé d’incomplet et d’inessayé dans leur héritage. ».

 

Exhortons-nous à l’action, soyons les maçons de la Seine-et-Marne ; car, à l’instar de ces bâtisseurs infatigables qui ont laissé la marque superbe de leur passage sur tout le territoire français, je sais que ce gène est encore puissant en chacun d’entre vous ! Soyons donc les dignes héritiers de cette tradition, à l’image de ces compagnons itinérants, soyons un tout qui va de l’avant !

 

Vive la Seine-et-Marne,

Vive la République,

Et vive la France !


20160714-ceremonie_jardin_pref-01

 

 

20160714-ceremonie_jardin_pref-02
Monsieur le préfet avec les élèves de l'EPIDE
20160714-ceremonie_jardin_pref-03
Monsieur le préfet avec les élèves du module "défense" du collège E. Triolet du Mée-sur-Seine