Actualités 2016

L'Etat à la rencontre de jeunes en difficultés à Maincy

 
L'Etat à la rencontre de jeunes en difficultés à Maincy

Mardi 20 décembre 2016

Maïa Rohner, sous-préfète en charge de la politique de la ville, est allée à la rencontre de jeunes en difficultés dans les locaux de l'association COPAL (Copains de l'Almont) à Maincy.
 Elle a ainsi pu visiter  les locaux, échanger avec les jeunes et à l'issu présenter les mesures de préventions mise en œuvre pendant la période hivernale en Seine-et-Marne.

Cette association œuvre depuis 1961 auprès de jeune de 18 à 25 ans en très grandes difficultés. L'association COPAL assure la gestion d'un centre d'hébergement et de réinsertion sociale de 28 places, d'un centre d'hébergement d’urgence de 18 places mais également impliquée, pour ce public jeune, dans la gestion des dispositifs hivernaux que la sous-préfète a ensuite présenté.

Maïa Rohner a insisté sur l'engagement de l'État dans l’aide au logement, notamment pour des personnes en situation de détresse médicale, psychique ou sociale. L'État est garant de la Cohésion sociale.

Philippe Sibeud, directeur de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale, était d'ailleurs présent au côté de la Sous-Préfète.
 La DDCS est la porte d'entrée de l'État en Seine-et-Marne pour beaucoup d'associations et de personne en situation difficile.

Le Directeur avec l'appui de la croix-rouge et de Monsieur Phillippon, avaient organisé une "maraude" afin de sensibiliser la sous-préfète aux difficultés des sans-abri.

Discours de madame Maïa Rohner
Sous-préfète en charge de la politique de la ville
  
Les mesures de l’État en Seine-et-Marne pour l'hiver 2016/2017
 
"Seul le prononcé fait foi"
 
Mesdames, Messieurs,
 
Je tiens tout d’abord à remercier Monsieur GOUILLARD, président de l’association COPAL et Monsieur BEDNAREK son directeur, pour leur accueil. Et je tiens à saluer leur engagement fort ainsi que celui de leur équipe auprès de ces jeunes en très grandes difficultés de 18 à 25 ans que l’association accueille.
 
Nous ne pouvons oublier en effet que l’exclusion touche de plus en plus les jeunes et ce parfois dès l’adolescence. Des structures telles que COPAL sont des maillons essentiels dans l’organisation de la prise en charge sociale qui se veut globale et individualisée. Il s’agit en effet de mettre à la disposition de ce public, au niveau local, des lieux où trouver des informations, de l’accompagnement et un soutien personnalisé. Cette association représente en quelque sorte un « guichet unique » permettant aux jeunes un accès plus simple et plus humain aux services publics surtout lorsque ceux-ci ont eu des parcours de vie heurtés et difficiles.
 
Dans le contexte de la dynamique de l’éducation populaire d’après la guerre 39-45, Jean LEMAITRE administrateur puis curé du village de Maincy fonde en 1960 l’association. C’est à cette époque qu’il prend en charge, en leur proposant des activités, les jeunes en errance, « les voyous » de la commune et du secteur de la ville avoisinante, Melun.
COPAL « les Copains de l’Almont ». Cette dénomination est due à la rivière traversant le village trouvant sa source au Château de Vaux le Vicomte et copains qui sont « ceux qui étymologiquement mangent le même pain les uns avec les autres ». Ce sont ces valeurs de partage qui nourrissent encore aujourd’hui les jeunes qui y sont hébergés et j’ai pu le constater à travers les échanges riches que j’ai eu ce soir avec eux et avec l’équipe éducative et de travail social dont je salue l’action et l’implication au quotidien. L’objectif liminaire de « sauvegarder l’enfant et la jeunesse par une action sociale éducative et culturelle » n’est pas perdu, bien au contraire.
 
L’association COPAL assure la gestion d’un centre d’hébergement et de réinsertion sociale de 28 places, d’un centre d’hébergement d’urgence de 18 places mais est également impliquée pour ce public jeune dans la gestion des dispositifs hivernaux que je vais m’attacher à vous présenter.
 
Il me semble néanmoins nécessaire avant d’en arriver aux détails de ces mesures, de rappeler le contexte de l’action de l’État qui depuis 2015 fait face à une crise migratoire qui a impacté la Seine-et-Marne mais aussi l’ensemble des départements franciliens.
 
Je souhaite en effet insister, ainsi que la Ministre du logement et le Préfet de Région ont pu le souligner précédemment, sur le fait qu’il n’y a pas et qu’il n’y aura pas de désengagement de l’État pour un public au profit d’un autre.
 
Face à ces deux situations d’urgence, l’État fait face et continuera à le faire. La concurrence ne peut exister dès lors que l’on traite de personnes en situation de détresse médicale, psychique ou sociale. L’État est le garant de la cohésion sociale.
 
Je rappelle qu’en Seine-et-Marne, il existe 1 558 (1) places d’hébergement pérennes réparties sur l’insertion, la stabilisation et l’urgence. 181 places supplémentaires ont été créées depuis le 1er novembre 2016 pour la gestion de la veille saisonnière hivernale.
 
Réparties sur l’ensemble du département, elles permettront l’accueil de familles (106 places), de femmes victimes de violence (20 places), de jeunes (4 places donc ici à COPAL) et de personnes isolées (51 places). Elles sont opérationnelles depuis le 1er novembre, feront l’objet d’un suivi particulier et d’une fermeture progressive anticipée en amont et en fonction des situations individuelles. Des solutions seront systématiquement recherchées.
 
Du point de vue de la veille sociale, le dispositif pérenne comporte :
> 7 accueils de jour à Melun, Meaux (3 sites), Roissy en Brie, Montereau-Fault-Yonne et Chelles ;
> 3 équipes bénévoles de maraude de la Croix Rouge Française et une équipe salariée fonctionnant sur l’ensemble du département ;
> 1 accueil de nuit de 15 places à Melun.
 
A l’occasion de la veille saisonnière, ce dispositif est renforcé par :
> 3 accueils à haut seuil de tolérance en direction de très grands exclus (ouverture 24/24) d’une capacité totale de 50 places sur les communes de Meaux et Melun (2 sites) ;
> l’extension des horaires d’ouverture de l’accueil de jour de Roissy en Brie (8h30 à 18h30 en semaine et 10h à 18h le week-end) et de Chelles (de 9h à 19h semaine et week-end) ;
> 6 ETP supplémentaires pour les équipes mobiles de maraude de la Croix Rouge Française ;
> et enfin, 1 écoutant supplémentaire au numéro « 115 » géré depuis le 1er janvier 2016 dans le cadre du SIAOservice intégré d'accueil et d'orientation unique porté par l’association la Rose des Vents.
 
Enfin, des renforts ponctuels pourront être mis en œuvre. Il s’agit de 250 places en gymnases ou dans des salles communales mises à disposition par 8 communes réparties sur le département (Melun, Chelles, Coulommiers, Provins, Nemours, Varennes sur Seine, Lagny sur Marne et Meaux).
 
Je vous remercie.
  
-------
(1) Hébergement d'insertion : 506 places, Hébergement de stabilisation : 238 places, Hébergement d'urgence : 814 places.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir