Les projets de rénovation urbaine en Seine-et-Marne

 

Sites faisant l’objet de projets de rénovation urbaine en Seine et Marne

Le département de la Seine et Marne comporte 10 ZUSZone urbaine sensible (dont un quartier dérogatoire) classés suivant les priorités suivantes par l’ANRU :

  •  Quartiers prioritaires : Melun : Quartiers Nord
  •  Meaux : Beauval et Pierre Collinet
  •  Montereau : ZUP de Surville
  •  Quartiers supplémentaires : Dammarie : La Plaine du Lys, L’Abbaye du Lys
  •  Le Mée sur Seine : ZACZone d'aménagement concerté des Courtilleraies + article 6 Coeur de Ville
  •  Nemours : ZUP du Mont Saint Martin
  •  ZUSZone urbaine sensible Isolées : Chelles : La Grande Prairie
  •  Provins : Champbenoist
  •  Emerainville : Le Clos d’Emery
  •  Dammarie les Lys : Quartier de la Justice (quartier dérogatoire)

Chacun des quartiers prioritaires et complémentaires a signé une convention pluri-annuelle avec l’ANRU, pour un montant total de travaux d’environ 1 milliards d’euros et un montant de subvention de l’ANRU de 311 M€.

Les six projets, contractualisés entre octobre 2004 et décembre 2008, sont donc aujourd’hui en phase opérationnelle.

Des projets sont en cours d’élaboration sur les trois ZUS isolées qui verront la réalisation des premiers travaux dès 2010.

Le plan de relance

Le Premier Ministre a précisé, le 15 décembre 2008, les attentes du Gouvernement concernant la place que doit tenir la rénovation urbaine dans le plan de relance de l’économie décidé par le Président de la République. Il a notamment annoncé une nouvelle dotation de 350 millions d’euros de capacités d’affectation et d’engagement mobilisable en 2009, apportée par l’État à l’ANRU en sus de l’enveloppe des 12 milliards d’euros déjà alloués au PNRU. De plus, le Président de la République avait auparavant annoncé le versement par l’État de 200 millions d’euros de crédits de paiement supplémentaires en 2009.

D’une manière générale, le plan de relance repose sur le démarrage, en 2009, d’opérations bloquées pour des raisons financières (surcoûts liés à des imprévus ou à la hausse des coûts, surcoûts liés à l’intégration d’exigences environnementales ou liées à l’accessibilité...) ou l’accélération d’opérations prévues dans le cadre des conventions pluriannuelles.